Étiquette : Mighty Two

Culture Dub Show – 12 Janvier 2015 – Party Time Radio & TV

Nouvelle émission Culture Dub Show sur les ondes de Party Time Web Radio à partir de 21h ce lundi 12 Janvier 2015. AlexDub et Loob vous proposent une sélection 100% Vinyles du Dub des années 70 à aujourd’hui. Live & Direct, Audio et Vidéo… Ready ?

Culture Dub Radio Show sur Party Time

Culture Dub Radio Show sur Party Time

 

Sirènes, effets, micro, mixette et une platine vinyle, tout est prêt pour partager avec vous l’Histoire du Dub de ses origines à nos jours avec une sélection strictly vinyles ! Et en ce début d’année 2015 les bacs à vinyles du Culture Dub Sound se sont étoffés ! Merci aux artistes et aux labels qui nous font confiance … In Dub We Trust !

Nous débuterons cette 1ère de l’année 2015 avec une sélection autour des productions de 2 fabuleux ingénieurs du son jamaïcains, ingénieurs du Dub, que sont Joe Gibbs et Errol Thompson, aussi appelés les Mighty Two ! (Lire “Culture Dub – L’Histoire du Dub par AlexDub) avec entres autres des titres des albums “African Dub” “No Bones for The Dogs” et “His Majesty Dub” mais aussi d’Augustus Pablo !

Puis nous plongerons directement dans l’actualité des sorties vinyles de ce début d’années avec le roots ‘Anticapitalist Dub‘ de Reggae Remedy, Dubmatix & Aldubb feat Tippae Irie, le magnifique ‘Wet Try‘ de Jahspora All Stars feat Humble Youth, les nouvelles sorties des Mungo’s Hi Fi feat Solo Banton, Speng Bond et Blackout JA, et le superbe ‘Wicked Part Of Town‘ de Earl Zero !

Du Digital avec 2 vinyles de chez Conscious Sounds en compagnie de Singer Blue et Singer Tempa et le 12″ de chez Pure Niceness Records avec Danny T & Tradesman feat Troy Berkley, Ranking Levy et Mega III !

Du Dub avec les nouvelles releases des suédois de Deng Deng Music feat Dan I Locks, Vibes Creator Records avec un riddim de Dennis Rootical (Iration Steppas) feat Micah Shemaiah & King Simeon, le test press de Dub Veda et le Warrior “Tales Of Dub” de Iron Dubz !

Alors tenez vous prêt, poussez les meubles et montez le volume de votre ampli, le Culture Dub Sound est d’attaque !

Rendez-vous dès 21h ce lundi 12 Janvier 2015, Live & Direct en audio et en vidéo sur Party Time : http://www.partytime.fr/webradio/tv.html

« Now Brothers and Sisters Good Night, I Hope You’re Feeling Alright ! » … This Is Culture Dub Show Ina Party Time WebRadio !

Big Up,
AlexDub

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Culture Dub – L’Histoire du Dub de ses origines à nos jours – Épisode #13

AlexDub, activiste de la scène Dub depuis les années 90’s, vous partage en plusieurs parties sa passion pour l’Histoire du Dub de la Jamaïque des années 60’s jusqu’à aujourd’hui… « Culture Dub, L’Histoire du Dub de ses origines à nos jours » . Épisode #13 – 1ère Partie : les Racines du Dub en Jamaïque (1967-1980) – Une histoire de producteurs et d’ingénieurs du son ! (part.7 : The Mighty Two)

Culture Dub - L'Histoire du Dub de ses origines à nos jours

Culture Dub – L’Histoire du Dub de ses origines à nos jours

 

Lire ou Relire l’Épisode #1 (cliquer)
Lire ou Relire l’Épisode #2 (cliquer)
Lire ou Relire l’Épisode #3 (cliquer)
Lire ou Relire l’Épisode #4 (cliquer)
Lire ou Relire l’Épisode #5 (cliquer)
Lire ou Relire l’Épisode #6 (cliquer)
Lire ou Relire l’Épisode #7 (cliquer)
Lire ou Relire l’Épisode #8 (cliquer)
Lire ou Relire l’Épisode #9 (cliquer)
Lire ou Relire l’Épisode #10 (cliquer)
Lire ou Relire l’Épisode #11 (cliquer)
Lire ou Relire l’Épisode #12 (cliquer)

1ère Partie : les racines du dub en Jamaïque (1967-1980)

3) Une histoire de producteurs et d’ingénieurs du son (part.7)

Producteur :  Joe Gibbs
Studio          : New York Record Mart
Ingénieur     : Errol Thompson

Joe Gibbs n’est pas un producteur prolifique de Dub, il est surtout reconnu pour ses enregistrements Reggae avec Dennis Brown ou le groupe Culture. Mais malgré le peu de productions, il sort en compagnie de son ami et collaborateur Errol Thompson, l’une des plus belles séries d’albums Dub avec les 4 chapitres “African Dub“.

Joe Gibbs

Joe Gibbs

 

Joe Gibson est né en 1945 sur la côte nord jamaïcaine, à Montego Bay. Il se forme à l’électronique en prenant des cours par correspondance avec une école aux USA avant de travailler pour une compagnie canadienne basée en Jamaïque. Joe Gibbs arrive à Kingston en 1962 et 4 ans plus tard ouvre son magasin d’électronique et de réparations de télévisions. Il va aussitôt installer un rayon de vente de 45t pour répondre à une demande de ses clients en quête de musique. Il rencontre Lee Perry et lui demande de s’occuper de son 1er enregistrement avec le chanteur Roy Shirley au studio Federal. Il s’entoure du groupe Lynn Tait and The Jets pour cette première production. Lee Scratch Perry vient d’enregistrer le morceau ‘I Am The Upsetter’ pour montrer son mécontentement à Sir Coxsone qu’il vient de quitter et rejoint Joe Gibbs en tant que directeur artistique pour le premier label de Joe : Amalgamated.

Niney The Observer

Niney The Observer

Joe Gibbs, qui a le sens du business,  va se faire une réputation en payant toujours cash les musiciens et ingénieurs avec qui il travaille, ce qui est rare à cette période. Il fait aussi la connaissance de Bunny Stricker Lee et découvre avec l’expérimenté producteur les studios et artistes de la capitale, ce qui n’est pas pour déplaire au jeune producteur originaire de Montego Bay.

Il n’est pas facile de se faire une place dans le milieu musicale de Kingston surtout si l’on est pas du coin et que l’on a pas son Sound System. Perry ne tarde à s’embrouiller avec Gibbs et met fin à leur collaboration en 1968. Winston ‘Niney’ Holness aka Niney The Observer prend durant quelques temps  la suite de Lee Scratch Perry auprès de Gibbs avant lui aussi de prendre son indépendance.

Errol Thompson

Errol Thompson

En 1969 Joe Gibbs ouvre son propre studio sur Duhaney Park et dispose d’un enregistreur 2 pistes avec lequel Niney enregistre, sur des rythmiques Rock Steady et Reggae, les chanteurs Errol Dunkley, Roy Shirley, Peter Tosh, Nicky Thomas et The Pionners. Ce seront les premiers hits de Joe Gibbs, et bien sur pour des questions de rentabilité, il va se servir des plus appréciées par le public pour les re-mixer sans compter et faire poser plusieurs artistes sur le même riddim.

Après 2 années qui l’ont imposé sur la scène du Reggae jamaïcain, Joe Gibbs se sent un peu à l’étroit et décide de construire un nouveau studio du côté de Retirement Crescent et l’équipe d’un enregistreur 16 pistes. Il crée de nouveaux labels pour sortir ces 45t au nom de Pressure Beat, Joe Gibbs et même ET pour les productions en compagnie de Errol Thompson, son nouveau complice à la console.

Joe Gibbs et Errol Thompson : The Mighty Two

Errol ‘ET’ Thompson travaille pour le studio Randy’s de Clive Chin et en 1971 il s’est déjà fait une sacré réputation de part la qualité de ses mixs. C’est Niney The Observer qui présente le jeune mais déjà reconnu Errol Thompson à Joe Gibbs. Pendant quelques années, il continue de mixer pour Clive Chin au 17 North Parade tout en travaillant de plus en plus souvent dans le nouveau studio de Gibbs.

Joe Gibbs & Errol Thompson

Joe Gibbs & Errol Thompson

 

Errol et Joe se respectent profondément et sont sur la même longueur d’ondes dans leur relation de travail. Leur première collaboration Dub verra le jour fin 73 avec l’album “Dub Serial” sur lequel sont compilées 12 versions de face B de 45t produites par Joe Gibbs. Un des premiers albums Dub, d’une rareté absolue, avec une superbe jaquette où un dessin à la peinture bleu représente une sorte d’icône avec ses disciples barbus. Le disque lui ne contient aucune indication, le rond est blanc, ce qu’on appelle un « white vinyl », souvent utilisé en Sound System pour ne pas que les concurrents ne découvre le nom de la version diffusée.

Dub Serial

Dub Serial

Dub Serial” contient des Dubs des morceaux ‘Liquidator’, ‘Samphie Man’ et de la version des HeptonesBe The One’ sous le nom ‘The Road Is Rough’. Il est mixé par Errol ‘ET’ Thompson (certainement à Randy’s) et signé « A Joe Gibbs Production ».

En 1975, suite au départ de la famille Chin aux USA,  Joe Gibbs et Errol Thompson s’unissent définitivement au Retirement Crescent Studio, proche de Trenchtown, et forment le superbe duo The Mighty Two.

Joe Gibbs tient à s’agrandir, il veut de plus gros « marchés », être le numéro 1 du Reggae Music et s’engage politiquement avec des morceaux qui défendent ses idées et le parti pour lequel il vote. Ils se comparent, avec son complice Errol T, à des guerriers, d’où le nom de Mighty Two, les deux puissants. C’est cette même année que sort l’album “African Dub All Mighty” , qui permet de populariser le Dub auprès du grand public et va se vendre en grand nombre dès sa sortie. Les morceaux, des reprises de standard de Studio 1 et Treasure Isle, sont re-joués par les Professionals, le groupe de studio de Joe Gibbs, qui réunit un mélange des musiciens des groupes Aggrovators et Revolutionaries.

African Dub - Chapter 1

African Dub – Chapter 1

Deux autres chapitres sortent dans la foulée, les “African Dub Chapter two & three” dubbés au feeling par Errol T avec de nouveaux sons délirants passés dans les effets comme des klaxons de voitures, des aboiements de chiens, des sonneries de téléphones ou encore des grincements qui résonnent sur une basse des plus profondes. Ces 3 albums font partis des plus beaux albums « Roots Dub » de cette période. Ils sont  réédités en 2008 pour la première fois en compact disque complété par l’album “African Dub Chapter IV” dans un même coffret.

Joe et Errol découvrent ensemble de nombreux talents comme Prince Far I, un deejay talentueux qui chevauche à merveille les Dubs concoctés par Mister T. Joe Gibbs écrit une page, voir un chapitre de la musique jamaïquaine en sortant le merveilleux “Two Seven Clash” du groupe Culture.

Lors d’une audition Joe et Errol découvrent ensemble un jeune chanteur aux paroles conscientes et au militantisme fervent. Dennis Brown devient l’une des plus grandes stars du reggae et monopolise le studio pour enregistrer 3 albums. De tous ces morceaux, Errol Thompson mixe des versions Dub pour les faces B des 45t mais aussi pour les 12″ qui sont maintenant devenus monnaie courante dans les magasins de disques.

Les deux compères des Mighty Two retiennent l’attention par des rythmes entraînants, une basse lourde et des effets agressifs qui reproduisent en musique l’ambiance qui règne dans les rues de Kingston, capitale en pleine « guerre civile ».

The Mighty Two

The Mighty Two

 

On se retrouve prochainement dans « Culture Dub, L’histoire du Dub de ses origines à nos jours »  avec l’Épisode #14 : 1ère Partie : les Racines du Dub en Jamaïque (1967-1980) – Une histoire de producteurs et d’ingénieurs du son ! (part.8)

Lire ou Relire l’Épisode #1 (cliquer)
Lire ou Relire l’Épisode #2 (cliquer)
Lire ou Relire l’Épisode #3 (cliquer)
Lire ou Relire l’Épisode #4 (cliquer)
Lire ou Relire l’Épisode #5 (cliquer)
Lire ou Relire l’Épisode #6 (cliquer)
Lire ou Relire l’Épisode #7 (cliquer)
Lire ou Relire l’Épisode #8 (cliquer)
Lire ou Relire l’Épisode #9 (cliquer)
Lire ou Relire l’Épisode #10 (cliquer)
Lire ou Relire l’Épisode #11 (cliquer)
Lire ou Relire l’Épisode #12 (cliquer)
Lire ou Relire l’Épisode #13 (cliquer)
Lire ou Relire l’Épisode #14 (cliquer)
Lire ou Relire l’Épisode #15 (cliquer)

Big Up,
AlexDub

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Culture Dub – L’Histoire du Dub de ses origines à nos jours – Épisode #9

AlexDub, activiste de la scène Dub depuis les années 90’s, vous partage en plusieurs parties sa passion pour l’Histoire du Dub de la Jamaïque des années 60’s jusqu’à aujourd’hui… « Culture Dub, L’Histoire du Dub de ses origines à nos jours » . Épisode #9 – 1ère Partie : les Racines du Dub en Jamaïque (1967-1980) – Une histoire de producteurs et d’ingénieurs du son ! (part.3)

Culture Dub - L'Histoire du Dub de ses origines à nos jours

Culture Dub – L’Histoire du Dub de ses origines à nos jours

Lire ou Relire l’Épisode #1 (cliquer)
Lire ou Relire l’Épisode #2 (cliquer)
Lire ou Relire l’Épisode #3 (cliquer)
Lire ou Relire l’Épisode #4 (cliquer)
Lire ou Relire l’Épisode #5 (cliquer)
Lire ou Relire l’Épisode #6 (cliquer)
Lire ou Relire l’Épisode #7 (cliquer)
Lire ou Relire l’Épisode #8 (cliquer)

1ère Partie : les racines du dub en Jamaïque (1967-1980)

3) Une histoire de producteurs et d’ingénieurs du son (part.3)
Producteur : Clive Chin
Studio        : Randy’s Studio
Ingénieur   :  Errol ‘ET’ Thompson

(…Suite)

Errol Thompson

Errol Thompson

Errol Thompson passe beaucoup de temps en studio avec le pianiste Augustus Pablo et ils s’expérimentent tous les deux sur la table de mixage au son des instruments, à la distortion des percussions, et aux rythmiques syncopées. Ils produisent l’album ‘This Is’ qui regroupent différentes versions instrumentales du morceau ‘Java’ de Pablo. Thompson est avec quelques autres ingénieurs du son jamaïcain comme Sylvan Morris, Barnabas et Tubby, un perfectionniste de l’arrangement. Clive Chin et Errol ‘ET’ Thompson mixent aussi en 1975 l’opus “Randy’s Dub” enregistré avec les nouveaux équipements du Randy’s Studio (Effets, table de mixage…) et qui contient deux versions dubbées de morceaux chantés par Carl Malcolm. Il sera réédité sous le nom “Dub From Randy’s” et “Forward The Bass” par le label Blood & Fire.

Dub From Rady's

Dub From Rady’s

Clive Chin confie dans une interview réalisée par Noel Hawks en 1997 : « Errol est un ingénieur innovant. Tu vois, Errol est à lui seul l’histoire d’un style musical des années 70. Il met un micro dans les toilettes et enregistre le son de d’eau qui coule pour en faire un effet. Si je pouvais remonter le temps, Errol ne quitterai jamais Randy’s. Il était le numéro 1 de l’innovation. Je ressentais les mêmes choses que lui. »

Suite au départ de la famille Chin aux USA et de leur aventure VP Records (l’un des plus importants  distributeurs de Reggae au monde), Errol Thompson rejoindra l’équipe du producteur Joe Gibbs au début de l’année 1975. ‘ET’ mixe déjà quelques versions depuis quelques années  pour lui avant la formation des Mighty Two, sa nouvelle aventure musicale. Errol ‘ET’ Thompson est avec King Tubby et Lee Scratch Perry l’un des plus grands protagonistes de la création du Dub. Il a mixé un très grand nombre de versions pour différents producteurs. D’ailleurs son premier patron Sir Clément Coxsone Dodd, activiste depuis de longues années déjà de la scène musicale jamaïcaine ne va pas laisser passer ce nouveau style qu’est le Dub sans y apporter sa touche de producteur, de spécialiste, The Dub Specialist !

 

Producteur : Clément Coxsone Dodd
Studio        : Studio One
Ingénieur    : Sylvan Morris
Groupes     : The Sound Dimension

Sir Coxsone a amassé de nombreux riddims enregistrés dans son studio de Brentford Road à Kingston appelé la « Motown jamaïquaine ». Il va avoir matière à s’en servir en cette période de re-mixe et durant les 40 années qui vont suivre.

Né en 1932, Clément Seymour Dodd a commencé par monter en 1952 son propre Sound System, le Downbeat Sound System. C’est en 1954, après un premier retour des Etats-Unis chargé de disques de jazz et de blues mais aussi d’un ampli, qu’il amorce un tournant de l’histoire de la Jamaïque.

Clément Coxsone Dodd

Clément Coxsone Dodd

 

Il a durant plus de 10 années écumées les soirées et mis le feu sur les dancefloors au point d’acquérir une grande notoriété au sein des Sound Systems, grâce entre autre à des deejays tels Prince Buster, « The Voice Of The People », qui lui a aussi servit de garde du corps, Count Machukie ou encore King Stitt. Le Downbeat Sound a fait sa réputation sur la puissance de ses basses.

Studio One

Studio One

C’est en se plaçant derrière ses enceintes qu’un jour Coxsone a ressentit la profondeur des basses, plus puissantes qu’en façade, face au public ! C’est de là que vient la technique de fabrication des enceintes en Toboggan pour que la vibration puissante des basses soit renvoyée sur la piste.

En 1962, Coxsonne se lance dans la création de son studio qui ouvrira l’année suivante. Il le nommera  Studio One qu’il aménage à Kingston au 13 Brentford Road à la lisière de Trenchtown et Downtown. Sir Coxsone Dodd devient un personnage incontournable de la scène musicale jamaïcaine. Le studio tourne 7 jours sur 7, du lundi au samedi se sont les enregistrements et le mixage puis le dimanche est réservé aux auditions.

Coxsonne : “Do It Yourself”

Coxsone sort de sublimes morceaux enregistrés par son groupe de studio les Skatalites, à cette époque dirigé par le très grand guitariste Ernest Ranglin. Sir Coxsone est le 1er producteur à s’entourer d’un groupe de musiciens réguliers, qui collaboreront de longues années avec Dodd. On retrouve dans les Skatalites, qui s’appelleront aussi The Soul Vendors ou The Soul Brothers, Roland Alphonso, Tommy McCook, Aubrey Adams, Lloyd Knibbs, Johnny Dizzy Moore, Carl Mc Laghin, Jackie Mitto et Lloyd Brevett. Une grande partie de ses musiciens viennent de l’orphelinat catholique Alpha School et n’ont d’espoir que par et pour la musique.

Coxsone gagnera très vite la reconnaissance du public durant la période Ska en produisant dès 1963 le morceau ‘Simmer Down’ des Wailers, le groupe original composé de Bob Marley, Bunny Livingston, Peter Tosh et Junior Braithwaite accompagnés de Beverley Kelso et Cherry Smith.

7" Simmer Down - The Wailers

7″ Simmer Down – The Wailers

 

Clément Dodd est un gestionnaire et un « businessman » des plus habiles. Dès le début de ses productions il s’assure la propriété des droits artistiques. Il est aussi d’une grande exigence envers les artistes avec qui il travaille. Dodd ne cesse de vouloir apporter quelque chose de nouveau à la musique jamaïcaine. Il investit sans cesse, après le studio, l’usine de pressage, puis l’imprimerie, l’indépendance s’organise, la compétition est dure, « Do It Yourself » (Fais-le toi-même) !!!

De nombreux ingénieurs défilent dans les locaux de Brentford Road au cours de l’existence de Studio 1 et tous sous la houlette de Sir Coxsone enregistrent et mixent des morceaux qui deviendront des hits. Dodd s’est entouré, peu après l’ouverture de Studio One, d’un chanteur-arrangeur qui apporte beaucoup au son et à la marque Studio One, Larry Marshall. Inspiré par les grands musiciens de la scène soul américaine comme Ben E King et Sam Cooke, Larry Marshall est tout d’abord un jeune chanteur avec une superbe voix qui vient d’avoir plusieurs hits en Jamaïque et que Coxsonne produit depuis quelques années. Larry a une superbe oreille et aide Dodd à Studio 1 en donnant des conseils aux artistes qui enregistrent. Très tôt l’homme qui arrive de St Ann, met en avant le duo basse-batterie, il appelle même cela, 30 années avant que cela devienne un style musical, le « Drum and Bass ».

King Tubby's Meets Larry Marshall - I Admire You In Dub

King Tubby’s Meets Larry Marshall – I Admire You In Dub

Pour découvrir Larry Marshall en version Dub, le label anglais Motion Records a sorti l’album “King Tubby meets… Larry Marshall – I Admire You In Dub” avec des morceaux composés par Larry et  enregistrés dans les studios Randy’s, de King Tubby et Joe Gibbs mais pas à Studio 1.

Larry Marshall s’est très fortement faché avec Coxsone, l’accusant de ne pas le payer. Sur cet opus, tous les dubs sont mixés au studio de King Tubby par le maître lui-même et son élève Professor. On peut y trouver des versions Dub de morceaux composés par les Wailers.

« Family Man et Carly sont mes cousins, leur maman est une Marshall, mariée avec un Barrett. Sur cet album, Family man joue la basse, Carly joue la batterie et Peter Tosh joue la guitare au Randy’s Studio » raconte Larry Marshall.

Jackie Mittoo, un des plus grands virtuoses organiste de son temps accompagne souvent en concert Larry Marshall.

The Sound Dimension

The Sound Dimension

Il enregistre avec les Skatalites pour M. Coxsone. Mittoo va très rapidement lui aussi participer aux arrangements pour Studio One, aidé par Ernest Ranglin jusqu’à la fin des 60’s, et participe à l’enregistrement de nombreux morceaux Reggae en compagnie de l’ingénieur Sylvan Morris. Il a formé autour de lui pour ses sessions d’enregistrements, le groupe de studio résidant Sound Dimension, composé de Bunny Williams à la batterie très vite remplacé par le talentueux Leroy Horsemouth Wallace, Leroy Sibbles (Heptones) à la basse, Eric Frater à la guitare, Roland Alphonso et Headley Bennett au saxophone, rejoint ensuite par Robbie Lynn au clavier assisté du musicien qui apporte une touche jazz au son du Studio One, Ernest Ranglin et de Jackie Mittoo lui-même.

Le nom du groupe Sound Dimension vient certainement de la machine à échos utilisée à cette période à Studio 1. Coxsone utilise une machine qu’il nomme « Soundimension », elle contient 4 têtes de lectures (une tête de lecture c’est ce que l’on trouve dans les lecteurs cassettes, qui reproduit le son de la bande magnétique), la première tête de lecture lit le son enregistré sur la bande, et les 3 autres pour le lisent quelques secondes après, en écho. On peut même en réglant la distance des têtes de lecture, choisir le temps entre chaque répétition du son.

C’est grâce entre autre à cette machine que le reggae est né. Un jour le guitariste Eric Frater joue ce que l’on appelle le « chenking », que l’on utilise dans le ska et le rock steady à contre-temps de la grosse caisse : Boum – Chenk – Boum – Chenk…

Sylvan Morris installé à la console va faire passer le Chenk de la guitare dans la « Soundimension » de Sir Coxsone et va obtenir, avec l’écho, différentes variantes comme : Che-kenk ou che-ke-chenk. Son que l’on va retrouver dans de très nombreux morceaux Reggae et bien sur dans ses versions Dub et rythmera les pistes de danses.

Sylvan Morris

Sylvan Morris

 

On se retrouve prochainement dans « Culture Dub, L’histoire du Dub de ses origines à nos jours »  avec l’Épisode #10 : 1ère Partie : les Racines du Dub en Jamaïque (1967-1980) – Une histoire de producteurs et d’ingénieurs du son ! (part.4)

Big Up,
AlexDub

 

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,