Sleng Teng – Okuda Hiroko, la Japonaise qui se cache derrière la création du rythme qui a révolutionné le Reggae !

Aucun commentaire
Culture

Le site nippon.com et son rédacteur en chef Hashino Yukinori publie un superbe article sur l’origine du ‘Sleng Teng‘, ce fumeux riddim qui a déclenché une révolution numérique du Reggae au milieu des années 80, né d’un clavier électronique Casio, le Casio MT-40 et du génie d’une jeune diplômée en développement – Okuda Hiroko – qui pour la première fois raconte publiquement sa contribution à la création de ce mythique riddim !

Okuda Hiroko – Photo par nippon.com (montage par Culture Dub)

 

Quand le ‘Under Mi Sleng Teng‘ de Wayne Smith est sorti en 1985 sur le label de King Jammy’s il déchaina les foules et révolutionna l’Histoire du Reggae… Nous connaissions l’Histoire de la création de ce mythique riddim, le fait que Wayne Smith a découvert ce son digital dans le clavier de Noel Davey et, qu’ensemble, ils ont arrangé le riddim, l’ont ralenti pour que Wayne Smith puissent poser son toast inspiré du ‘Under Mi Sensi‘ de Barrington Levy et du ‘Under Mi Fat Ting‘ de Yellowman : ‘Under Mi Sleng Teng‘, avant de l’emmener au studio de King Jammy !

En fait la mélodie du ‘Sleng Teng‘ est basé sur une boucle existante dans le modèle du clavier Casio MT-40, lui-même, dit-on, inspiré par la chanson ‘Something Else‘ d’Eddie Cochan sortie en 1959 (à écouter en cliquant ici) mais l’ingénieure qui a développé ce modèle de clavier Casio, Hiroko Okuda, a toujours démenti cette inspiration, affirmant que son inspiration venait d’une chanson Rock britannique, ne la citant jamais mais qui d’après certains passionnés serait ‘Hang On to Yourself‘ de David Bowie (à écouter en cliquant ici)… (Je vous ai mis les liens pour vous faire votre propre avis) !

« Comme j’écoutais beaucoup de rock britannique, c’est vrai qu’il y avait des chansons qui m’inspiraient, mais le rythme que j’ai créé était totalement original »

Pour la première fois Hiroko Okuda a accordé une rencontre au rédacteur en chef du site nippon.com, Hashino Yukinori, et raconte aujourd’hui, plus de 35 ans après la naissance de ce riddim devenu populaire ayant servi plus de 450 chansons, d’ou vient ce motif rythmique intégré au clavier Casiotone MT-40, sorti en 1981.

Après son succès avec la calculatrice, la marque Casio s’est lancée en 1980 dans le monde de la musique en sortant le Casiotone 201 ! À cette époque se rappelle Hiroko Okuda : « Casio développait un produit avec des fonctions de lecture automatique et a décidé de sortir un petit clavier avec divers motifs rythmiques prédéfinis en tant que produit « pont » avant de sortir le modèle final. Dans le département de développement, il n’y avait que quatre jeunes diplômés d’écoles de musique, et j’étais la seule experte en musique populaire » (extrait de l’article nippon.com)

« A cette époque je respirais le Reggae. »

Peu de temps après avoir rejoint Casio, Okuda s’est impliquée dans le développement du générateur de tonalité par défaut des claviers. Elle a créé une base de six motifs rythmiques (rock, pop, samba, etc.) et trois types d’accords (majeur, mineur et septième) et a ajouté quelques ponts pour les changements de mélodie. À la base le ‘Sleng Teng‘ était un rythme qu’Okuda a composé comme un rythme Rock. Selon la chercheuse, la raison pour laquelle il est devenu si à la mode dans le Reggae est la suivante : « A cette époque je respirais le Reggae. Je pense que même si je l’ai conçu comme un rythme Rock, quelque chose de compatible avec le Reggae est sorti de moi sans le chercher. »… Il faut dire qu’elle avait rencontré Bob Marley quelques mois auparavant lors de la venue du chanteur jamaïcain au Japon !

« Le fait que le rythme du MT-40 se soit répandu dans le monde et qu’il continue d’être apprécié me procure une joie comparable à celle d’avoir mis au monde un enfant. Le premier-né s’est si bien passé que je n’ai pas pu m’en remettre. Cependant, je pense que les instruments électroniques peuvent encore faire beaucoup pour les musiciens » confie Hiroko Okuda !

Cet extrait, est simplement un extrait du superbe article de Hashino Yukinori que vous pouvez lire, que vous devez lire sur le site nippon.com, surtout qu’il existe une traduction en langue française, À LIRE EN CLIQUANT ICI !

Vous y lirez les histoires des droits de ce riddim, la rencontre de cette géniale dame avec le Reggae, le développement des claviers Casio, de superbes photos historiques etc… etc…

Bravo Hiroko Okuda
Large Up Hashino Yukinori pour ce superbe article de nippon.com !

AlexDub

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.